4 Leviers pour renforcer la cohésion d'équipe

Publié le 30 juillet 2014
Une partition à 4 voix pour mieux appréhender la notion de cohésion d’équipe avec richesse mais simplicité, de façon inspirante mais pratique. Et trois articles en référence pour continuer de prendre du recul.

par Guy Perier, Chef d'orchestre / Team building et Leadership par la Musique

A l’origine, la confiance


  • Keep it simple. Entre fonctionnement efficace d‘une équipe et trop de pression, c’est l’attitude managériale qui fait la différence. Dans les sports collectifs, la qualité du lien entre le coach et son équipe permet de comprendre pourquoi une équipe « star » est la plupart du temps bien plus performante qu’une équipe de stars. C’est la même chose dans un orchestre : d’une semaine à l’autre, le même orchestre peut jouer de façon extrêmement différente avec des chefs différents. Avant même de bâtir de grandes interprétations, un nouveau chef doit créer de la confiance de jeu par la clarté de son geste, ce que les musiciens qualifient d’une expression assez mystérieuse : « avoir du bras ».

  • Qu’est-ce qu’avoir du bras pour un manager ? Comment créer puis renforcer la cohésion d'équipe ? Comment monter au quotidien à votre équipe que vous vous concentrez sur l’essentiel ? Positionnez-vous sur chacun de ces cinq axes. A votre façon et selon votre personnalité.
1/ Fixez des objectifs concrets et véhiculez des valeurs collectives
2/ Soyez exigent mais restez calme en cas de problème
3/ Déléguez, responsabilisez, suscitez le travail en réseau : passez du temps à féliciter non seulement sur les résultats mais aussi sur l’engagement et l’état d’esprit
4/ Faites circuler l’information, partagez certaines de vos décisions en interne et défendez votre équipe en externe.
5/ Assumez la distance managériale mais soyez accessible

Générosité, mode d’emploi


Un article passionnant de Norber Alter, professeur de sociologie à l'université Paris Dauphine, spécialiste de la sociologie des entreprises.
« L'efficacité du management ne résulte pas seulement de la rigueur et du calcul. Elle repose également sur des dimensions archaïques et pragmatiques. La mobilisation des travaux de Marcel Mauss pour comprendre la coopération, l'engagement et la mobilisation permet de bien comprendre cette idée. Comment faire? Comment travailler? On demande aux autres, on associe sa compétence personnelle à celle des collègues. Ce qui circule dans ce cadre est aussi varié que ce qui circulait dans les sociétés dites primitives, selon le principe du don et contre-don. Ce ne sont pas les mêmes outils, les mêmes croyances, les mêmes êtres qui circulent. Mais on va s'échanger du temps de travail, des collaborateurs, des croyances, des légendes. Plus encore les fêtes, grandes ou petites, qui célébraient les échanges de don chez les primitifs se retrouvent également chez les modernes. Dans les deux cas le don doit être excessif, pour indiquer que ce qui compte est de créer un lien qui associe les êtres en les "touchant", et pas seulement d'échanger des biens et des services. Ainsi, le moment du café qui dure un quart d'heure et non les deux minutes strictement nécessaires, est de l'ordre du don. Ce faisant, on détruit du temps de travail productif pour créer un lien. La multiplication de ces petits moments de convivialité rapproche les personnes, les sujets et crée progressivement de la complicité, c'est à dire la capacité à se comprendre sans avoir à se parler. Cette dimension est absolument centrale dans la compétence collective: en situation professionnelle d'urgence, de risque ou de complexité il est souvent impossible de tout s'expliquer de manière explicite. Se comprendre par le regard représente ainsi une grande valeur, dans les activités de maintenance d'une industrie de process, ou dans une salle de chirurgie par exemple. »

Voici l’intégralité de l’article de Norbert Alter "Don, contre don et management"

Quels sont, selon vous, les gestes gratuits de nature à renforcer la cohésion d'équipe ?

« L’intelligence collective se construit dans l’action »


  • Renforcer la cohésion d’équipe n’a rien d’une fin en soi. Peter Senge pose une meilleure équation : tout projet nouveau, tout changement a besoin de mobiliser l’imagination collective dans l’action. “L’intelligence collective se construit dans l’action partagée” dit-il dans une interview aux Echos.

  • Comment mobiliser l’intelligence collective d’une équipe dans des environnements complexes et incertains ? Christine Koehler et Elisabeth Martini détaillent dans un article le potentiel et les caractéristiques des démarches d’intelligence collective. Le manager peut en retenir et appliquer quatre lignes de conduite :
1/ Réserver des moments pour réfléchir ensemble avant d’agir
2/ Le besoin –individuel et collectif - de clarifier le sens de l’action : « A quoi suis-je appeler à contribuer ? »
3/ Un état d’esprit d’apprentissage : pas de bonnes ou de fausses réponses mais de nombreuses réponses à de bonnes questions posées et résolues ensemble
4/ Ralentir pour écouter, observer avec empathie ce qui se passe dans et autour de soi et dans son environnement, c’est à dire tout ce qui porte en germe les graines du futur.

Entretenir l’esprit d’équipe


  • La cohésion de groupe fluctue dans le temps au gré de divers facteurs renforçant ou diminuant son niveau. Pour un patron d’équipe, si rien n’est acquis, tout est encore possible jusqu’au dernier accord de la représentation. Renforcer la cohésion d’équipe est une action de tous les jours. Mais comment ? Back to basics….Ce n’est pas le confort statique qui crée la motivation individuelle ou cimente les équipes. Mais la mobilisation autour d’un objectif commun suffisamment ambitieux. Avec les mêmes leviers managériaux que ceux qui vous ont permis de créer la confiance initiale.

  • Ce qui fait la force de la vie d’une troupe artistique c’est aussi le renouvellement des productions ou des concerts. Chacun garde le même rôle – chanteur, instrumentiste, costumier, maquilleur – mais la saison est rythmée par de nouvelles échéances. Sachez donc également traduire la complexité d’un business plan en terme de défis « renouvelés » pour votre équipe. Jusque dans la fête qui célèbre la fin d’une production marquante. Avec confiance, générosité, intelligence et chaleur !

Si vous avez aimé cet article, vous aurez peut-être envie de lire :

Fh s

Guy Perier

Chef d'orchestre § Orchestrateur de Leadership




Sur des enjeux de leadership ou de cohésion d’équipes, notamment multiculturelles, j’accompagne dirigeants et managers dans un double objectif : des performances individuelles et collectives plus généreuses.

Guy Perier

Derniers articles +

Bonne Année 2017 en Musique ! A Musical Happy New Year 2017 !

Recevez mes meilleurs vœux pour 2017, de la façon la plus chaleureuse...
La suite…

Meilleurs Vœux 2016 en Musique !

Découvrez notre tutoriel pour débuter cette Année 2016 dans le Joie, l'Harmonie et de Belles Vibrations ! Try our tutorial to b...
La suite…

Musicathèque de Juillet 2015

Clé de Sol : La Nomination d'un nouveau patron à la Philharmonie de Berlin De la grande surprise à l’évidence musicale : On ...
La suite…